Super Entrepreneur

Le blog des entrepreneurs heureux

Super Entrepreneur - Le blog des entrepreneurs heureux

J-100 avant le marathon de New York

Marathon

Toujours lancée dans mon aventure marathonienne, je suis à J-100 avant de relever le challenge. Cette aventure m’a permis de découvrir tout un univers, un sport à part entière et de rencontrer toute une communauté de coureurs passionnés.

La course à pied est un sport très fédérateur et beaucoup moins solitaire que l’idée que j’en avais. J’ai été agréablement surprise de ce que cette décision m’a déjà apportée :

J’ai ma motivation  au top malgré un syndrome rotulien qui est apparu dès la deuxième semaine de ma préparation. Heureusement, après 7 jours de repos, j’ai pu reprendre mon entraînement. Et c’est reparti ! Ouf !

Je parlais au démarrage (à J-200) de discipline et je me suis tenue à la virgule près à mon entraînement personnalisé par ma coach. J’ai appris à courir tout court : je n’avais jamais couru DE MA VIE plus de 30 minutes et je cours après 3 mois d’entraînement plus de 2h10 qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il fasse 34 degrés !!!! Ca m’auto-surprend encore … Imaginez la satisfaction que vous ressentez lorsque vous dépassez vos propres limites.

J’ai appris sur la discipline et surtout sur la force de mon auto-discipline et l’importance de la régularité pour atteindre ses objectifs. Je suis accrochée à mon objectif et rien ne m’en détache. La décision est prise et je mets tout en oeuvre pour atteindre le but fixé. Je cours le matin tôt, en pleine journée ou bien le soir après une longue journée de travail, pas d’excuse. En fait, c’est une motivation positive supplémentaire qui fait partie de mon quotidien.

Un jour, j’ai croisé un coureur qui portait un T-shirt marqué « Running is mental« , c’est totalement ça. Courir, c’est dans la tête et le corps suit. C’est impressionnant. Un soir où j’avais le sentiment de me traîner, j’en avais assez de courir si lentement et je suis partie à un rythme plus intense et mon corps a totalement suivi les informations que j’avais envoyées à mon cerveau. Alors je prends conscience de la force de la pensée positive et je suis en mode « réussite » chaque jour pour relever le défi.

Je visualise très souvent le moment où je vais franchir la ligne d’arrivée même si j’ai encore régulièrement des doutes. Sachant que vous ne courez jamais plus de 2h30 lors d’une préparation d’un marathon donc vous ne pouvez pas savoir si le jour de la grande course qui durera plus de 4h (voire 5h) si vous êtes capable de tenir la distance, soit 42,195 kms.

Mais j’y vais pour réussir et me dépasser, je ferai le maximum, c’est le challenge et verdict dans 100 jours…

Une super entrepreneuse runneuse 😉

-->